CHERIE FM GUINEE TATV FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
dimanche 24 juin 2018             16h21
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
Crise politique à Bissau : La CEDEAO passe à l’offensive

POLITIQUE  >  

Pour leur entêtement à ne pas respecter les Accords de Conakry pour une sortie de crise en Guinée Bissau, les différentes parties de la crise politique et institutionnelle à Bissau se retrouvent désormais sous sanctions de la CEDEAO, élargies à la communauté internationale.

Dans les prochains jours et semaines, l’organisation sous-régionale publiera la liste des personnes visées, ainsi que la nature des sanctions imposées.
La CEDEAO a fait savoir cette décision jeudi, 1er février 2018, à Bissau, au terme de deux jours de mission d’une délégation composée du Président du Conseil des Ministre de l’Organisation, le Ministre des Affaires étrangères du Togo, de l’émissaire du Médiateur, le Ministre d’Etat Secrétaire général de la présidence de Guinée, ainsi que du Président de la Commission de la CEDEAO.

La Mission avait pour objectif d’évaluer la mise en œuvre des deux Accords phares obtenus sous les auspices de la médiation ouest-africaine à Bissau, le 10 septembre 2016, et à Conakry, le 14 octobre 2016. Deux Accords qui bénéficient toujours du soutient inconditionnel de la communauté internationale comme seuls moyens de sortie de crise en Guinée-Bissau.

Dans un communiqué de presse, la CEDEAO constate que « la nomination du Premier ministre de consensus, telle que préconisée par l’Accord de Conakry, n’a pas été respectée. En conséquence, la Commission de la CEDEAO annonce l’effectivité des sanctions collectives et individuelles, à compter de ce jour 1er février 2018, à l’encontre de toutes les personnes ou organisations qui entravent le processus de sortie de crise… »
Décision prise le 27 janvier dernier, à Addis-Abeba, au cours d’un Sommet extraordinaire de la CEDEAO qui a aussi mis en place un Comité de suivi des sanctions, composé de la Commission de la CEDEAO, du Togo et de la Guinée.

Cerise sur le gâteau, le Président bissau-guinéen, José Mario Vaz, a nommé mardi soir, 30 janvier 2018, un nouveau Premier ministre dont le nom ne figure pas sur la liste qu’il avait proposé au Médiateur guinéen, le Président Alpha Condé, dans la perspective des Accords de Conakry. Aussitôt, le PAIGC (parti majoritaire) a publié un communiqué pour rejeter cette énième nomination (le 6è Premier ministre de l’ère Vaz).

Paradoxe, l’annonce de l’effectivité des sanctions n’a pas laissé le Président José Mario Vaz indifférent. Le Président bissau-guinéen arrive ce vendredi, 02 février, à Conakry pour y rencontrer le Médiateur guinéen et le Président en exercice de la CEDEAO, Faure Essozimna Gnassingbe, Président du Togo.

La Cellule de Communication du Secrétariat général de la Présidence de la République


Publié le 2/2/2018


A LIRE AUSSI...

Parlement : 5 autres projets de loi votés à l’unanimité

Parlement: deux députés de l'UFDG font leur entrée

Parlement : Honorable Fodé Oussou s’insurge contre des ministres

Assemblée Nationale : le ministre du commerce défend son projet de loi.

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE