CHERIE FM GUINEE TATV FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
mercredi 15 août 2018             03h32
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
Affaires 28 septembre 2009 : le comité de pilotage mis en place

POLITIQUE  >  

Le premier ministre chef du gouvernement a présidé ce vendredi 1er juin 2018 à la chancellerie de Conakry, la cérémonie d’installation du comité de pilotage sur les événements du 28 septembre 2009. Une rencontre au cours de laquelle, le ministre d’Etat de la justice, garde des sceaux a expliqué le rôle et la mission de cette équipe. Une nouvelle d’ailleurs, qui donne une lueur d’espoir aux familles et victimes de ces massacres.

Le procès sur les massacres du 28 septembre 2009 devrait s’ouvrir très prochainement. Un procès qui selon le ministre d’Etat de la justice, se tiendra après que le comité de pilotage ait fini son travail. Pour Me Cheîck Sako, ce comité n’aura pas à se mêler du procès qui va arriver et qui sera tenu par les magistrats du pays. La mission de cette équipe, selon le garde des sceaux sera administrative et matérielle.

« Maintenant, comme je le dis, les choses sérieuses commencent. Bien évidemment, il faut que ce comité se mette à la tâche. Vous avez vu dans le contenu de l’arrêté, il y a une réunion par semaine et des réunions extraordinaires à la demande de la majorité des membres du comité. Alors ce comité n’a pas besoin de moyen pour fonctionner donc on n’aura pas d’excuse si vous voulez. » A déclaré Me Cheîck Sako, ministre d’Etat de la justice garde des sceaux.

Pour la présidente de l’Association des victimes du 28 septembre 2009, l’espoir est permis avec la mise en place de ce comité de suivi, qui aura la charge désormais d’assurer l’organisation de tout le processus afin d’aboutir à un procès.

« Après tant de souffrances et de mal, on aimerait aboutir vraiment à ce procès maintenant, pour qu’il y ait des réparations au niveau des victimes, parce que les victimes souffrent énormément. Il n’y a pas d’aide au niveau national, seulement au niveau international qu’il y a de l’attention sur ces victimes qui ont tant souffert au stade du 28 septembre. » S’est défendue Asmaou Diallo, présidente de l’AVIPA.

Un comité de pilotage composé de 13 structures à savoir des acteurs de la société civile, des forces de sécurité, des magistrats de l’administration, des représentants des Nations Unies, de l’Union Européenne et des Etats-Unis, qui sont les premiers bailleurs de fonds. Pour la bonne marche de ce procès, Me Cheîck Sako a annoncé que les moyens seront mis à la disposition de la Guinée, par des partenaires, pour l’entretien de certains témoins et l’indemnisation des victimes.

« Il faut sécuriser effectivement les magistrats, les victimes et les témoins. Il faut aider aussi les victimes, qui viendront témoigner et les témoins. Les victimes, qui sont à l’étranger, je sais, qu’il y a n’a pas mal à Dakar. Donc, on les fera venir aux frais de l’institution, qui va gérer le procès. Juste pour dire, que tout cela demande des moyens » a ajouté Me Cheîck Sako, ministre d’Etat de la justice garde des sceaux.

Président la cérémonie, le premier ministre chef du gouvernement après avoir écouté les parties prenante à la rencontre a livré quelques messages.

« Les guinéens ont vécu des atrocités en 2009. Les victimes de ces atrocités doivent avoir la solidarité des concitoyens en terme de jugement au moins. Même ceux qui sont morts n’auront le repos de leurs âmes, que si ils observent nous vivant leur rendre justice, qu’ils sachent qu’ils ne sont pas mort pour rien dans l’impunité. Je souhaite vous dire, monsieur le ministre d’Etat et les partenaires au développement, que le gouvernement avec le président de la République suivra se procès pour qu’il soit un procès équitable et qu’il serve d’exemple au monde, que loin de la HAYE, dans un coin perdu de l’Afrique, qui s’appelle la Guinée, il est facile de faire un travail propre. » A confié Dr Ibrahima Kassory Fofana, premier ministre, chef du gouvernement.

D’après le ministre d’Etat de la justice, la date du début du procès ne sera fixée qu’après le travail du comité de pilotage. La durée du procès varie entre 6 à 8 mois. Pour l’accompagnement de la Guinée, l’Union Européenne a annoncé 400 mille euro, les américains à peu près le même montant, les Nations Unies sont également attendues pour le financement de ce procès.

Oumar Sow

(00224) 622-209-207 / 666-526-606




Publié le 1/6/2018


A LIRE AUSSI...

Politique : l’opposition et la mouvance parviennent à un accord

Voici le compte-rendu du dernier conseil des ministres

Le porte-parole de la Présidence sur la crise sociale

Un citoyen au premier ministre Kassory Fofana : « votre premier travail, c’est de restaurer l’autorité de l’Etat » (Lettre ouverte)

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE