CHERIE FM GUINEE TATV FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
dimanche 19 août 2018             18h55
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
Décharge de la minière : plus de 4 milliards de nos francs pour accompagner 201 familles

POLITIQUE  >  

4 milliards 20 millions de francs guinéens, c’est le montant octroyé par le président de la République aux 201 familles, qui occupent illégalement la décharge de la minière. Une mesure d’accompagnement du chef de l’Etat, qui vise à permettre aux habitants de quitter les lieux. Une remise de fonds, qui devrait commencer ce lundi 02 juillet 2018 au gouvernorat de la ville de Conakry. Malgré cette annonce, les occupants des lieux ont brillé de par leur absence. Une attitude dénoncée par les ministères impliqués dans cette opération, qui promettent de passer à la vitesse supérieure dans le déguerpissement.

Pour éviter, que d’autres citoyens ne soient exposés à d’autres éboulements comme de par le passé, le gouvernement à travers le ministère de la ville et de l’aménagement du territoire ainsi que celui de l’administration du territoire et de la décentralisation envisagent le déguerpissement des occupants illégaux de la décharge de la minière. Mais avant le début de l’opération, une enveloppe financière de plus de 4 milliards de francs guinéens a été débloquée pour accompagner les 201 familles recensées. Une somme, qui ne semble pas réjouir les intéressés. Mais toute fois le ministre Bouréma Condé reste ferme sur sa décision.

« L’argent est là à titre d’accompagnement, mais celui qui ne veut pas le prendre il faut que ça soit clair, avec ou sans argent, le déguerpissement par l’Etat guinéen sera fait, une fois les 24 heures épuisées. » A- il déclaré.

Un comportement qui aux yeux, du ministre de la ville et de l’aménagement du territoire constitue une défiance.

« Défier l’Etat pour votre propre bien, on ne peut pas le supporter. En tout cas l’Etat prendra sa responsabilité pour faire en sorte, que le site soit complètement dégagé. Je tiens à préciser, qu’il sera complément dégagé après les 24 heures, qui suivent. Ce message-là est très clair, je voudrais que chacun le comprenne et que toutes les dispositions sont prises. » A ajouté Dr Ibrahima Kourouma, ministre de la ville et de l’aménagement du territoire.

Mais toutefois le gouverneur de la ville de Conakry, interpelle les 201 familles installées au niveau de ce compost à passer au niveau de son département pour entrer en possession de leur fonds. Face à cet appel, le chef de quartier de Dar-Es-Salam 2 promet à nouveau d’aller demander aux citoyens de venir chercher leur argent.

« Mais aujourd’hui, nous sommes rassurez que les gens doivent quitter forcement, s’ils ne quittent pas, les mesures qui sont prise contre eux quand elles seront appliquées, nous allons tous perdre. Donc, il nous revient d’aller les informer très sincèrement, pour qu’ils aient la conscience de venir prendre l’argent. » Dixit Charles Damba, chef de quartier Dar-Es-Salam 2.

Une rencontre, qui a connu la présence notamment de la secrétaire générale de la commune de Ratoma, des chefs de quartiers ainsi des chefs secteurs de la localité concernées.

Oumar Sow

(00224) 622-209-207 / 666-526-606




Publié le 3/7/2018


A LIRE AUSSI...

Politique : l’opposition et la mouvance parviennent à un accord

Voici le compte-rendu du dernier conseil des ministres

Le porte-parole de la Présidence sur la crise sociale

Un citoyen au premier ministre Kassory Fofana : « votre premier travail, c’est de restaurer l’autorité de l’Etat » (Lettre ouverte)

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE