CHERIE FM GUINEE TATV FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
samedi 18 août 2018             04h19
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
santé: 514 femmes victimes de fausse grossesse

SOCIETE  >  

Des femmes victimes de la tradi-thérapeute N’na Fanta Camara continuent à se mettre à la disposition du secrétariat général des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé. Ce mardi 06 février 2018, elles étaient une centaine à se présenter devant le comité technique d’examen médical mis en place à cet effet. Face à cette situation, le comité de coordination à travers la commission d’identification et d’orientation des victimes a pris des dispositions afin de pouvoir assurer les examens médicaux psychologiques de ces femmes en état de fausse grossesse.

Ce sont au total 514 femmes, qui se sont déclarée être victimes de la tradi-thérapeute N’na Fanta Camara. Interpellée, la mise en cause a reconnu avoir reçu dans son lieu de traitement plusieurs femmes auxquelles elle a promis de corriger leur infertilité. Selon Sékou Mohamed Diakité, secrétaire général adjoint des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé, à date suite à tous les interrogatoires la tradi-thérapeute a été mise à la disposition de la justice.

Une nouvelle, qui s’est aussitôt rependue dans la cité faisant assez de victimes. A chacune de ces patientes, Nna Fanta Camara leur donnait des substances à base de décoctions, qui selon elle, peuvent aider ces femmes à concevoir. Cependant, contrairement à ce qu’elle disait, ces femmes se sont retrouvées dans des situations compliquées avec le ventre ballonné.

Selon Mamadouba Fougué Camara, chef de service santé au secrétariat général des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé, ces femmes disposent désormais de la part du ministère de la santé une prise en charge par rapport à l’évaluation de leur état de santé.

D’après le directeur général de l’agence nationale de sécurité sanitaire, à compter de ce mardi 06 février, six centre de santé de la capitale ont été choisis pour la consultation des victimes. Pour cela, selon Dr Sakoba Keîta, 15 médecins assermentés composés essentiellement de psychologue, de gynécologue et de médecins généralistes, auront la responsabilité d’examiner ces femmes en état de fausse grossesse.

Oumar Sow
(00224) 622-209-207 / 666-526-606



Publié le 6/2/2018


A LIRE AUSSI...

Energie : le Niger veut s’inspirer de la Guinée

COJELPAID- APAD-Guinée : point sur le mémorandum adressé au PM

1ère Réunion comité pilotage procès 28 septembre : Me Cheîck Sako sur l’absence de la cour suprême

Procès 28 septembre 2009 : 78 milliards Gnf attendu par l’Etat

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE