CHERIE FM GUINEE TATV FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
mardi 21 août 2018             02h46
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
1ère Réunion comité pilotage procès 28 septembre : Me Cheîck Sako sur l’absence de la cour suprême

SOCIETE  >  

Les membres du comité de pilotage du procès du 28 septembre 2009 ont tenue hier mercredi 1er août 2018 leur 1ère réunion. Sur les 13 structures, qui composent ce comité, seul la cour suprême était absente. Une absence, que le ministre d’Etat de la justice, garde des sceaux devant les hommes de médias a tenté de justifier. Par ailleurs, Me Cheîck Sako attire l’attention de l’opinion publique sur la situation actuelle que travers le pays face aux multiples troubles sociaux.

Dans la dynamique de préparer matériellement et financièrement le procès dans l’affaire du 28 septembre 2009, un comité de pilotage a été mis en place. Mais sur les 13 membres, on pouvait noter la non présence de la cour suprême à cette 1ère rencontre de travail tenue ce mercredi 1er août 2018. Sur la question, le ministre d’Etat de la justice, garde des sceaux ne manque pas de mots.

« Tous les membres étaient là sauf la cour suprême pour la simple raison que certains avocats de certaines victimes ont contesté la décision de renvoi, qui saisit le tribunal criminel devant la cour suprême. Donc, le temps que la cour suprême ne purge ça, ça va être fait d’ici fin septembre. Donc, vous ne pouvez pas être juge, membre du comité et puis statuer la déçu. » A expliqué Me Cheîck Sako, ministre d’Etat de la justice, garde des sceaux.

Pour l’ancien avocat au barreau de Montpellier, l’organisation de ce procès doit tenir compte du contexte national face aux crises et à la situation dont les citoyens sont confrontés.

« Quel que soit l’importance d’un procès, on doit aussi tenir compte du contexte national. Il s’agit notamment des problèmes d’ordre politique, sociaux. C’est-à-dire, quand t- il y a grève des syndicats, de la société civile, nous dans la justice, nous tenons compte de tous ces cas, n’ont seulement pour rassurer les citoyens et cela afin qu’ils puissent avoir confiance à la justice. Donc, quand t- il y a des troubles sociaux bien entendu, il y a pas de justice » A t- il laissé entendre.

Le démarrage du procès des responsables présumés de ces crimes, va marquer une étape décisive et importante dans la lutte contre l’impunité et le renforcement d’un Etat de droit en République de Guinée a conclu Me Cheick Sako.

Oumar Sow

(00224) 622-209-207 / 666- 526-606





Publié le 2/8/2018


A LIRE AUSSI...

Energie : le Niger veut s’inspirer de la Guinée

COJELPAID- APAD-Guinée : point sur le mémorandum adressé au PM

Procès 28 septembre 2009 : 78 milliards Gnf attendu par l’Etat

Infrastructure : le pont de Linsan bientôt opérationnel ‘’Naité’’

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE