CHERIE FM GUINEE TATV FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
jeudi 16 août 2018             07h49
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 26 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 27 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
Piraterie : le ministre de la culture hausse le ton

SPORT & CULTURE  >   culture  >  

« Lutte contre la piraterie des œuvres littéraires et musicales » C’est le thème de la conférence de presse tenue mardi 11 mars 2014 à la maison de la presse de coleah.
Objectif faire le point des difficultés auxquelles sont confrontés les artistes guinéens, notamment le piratage de leurs œuvres.


Le piratage des œuvres artistiques devient de plus en plus récurent dans notre pays la Guinée. Face à cette situation, les artistes qui sont auteurs de ces œuvres se trouvent confrontés à des difficultés qui ne leurs permettent pas de vivre du fruit de leur travail. Les victimes dénoncent cet état de fait et demande le soutien du gouvernement afin de lutter contre le piratage.

«Les artistes constatent avec amertume le piratage de leurs œuvres sur le marché du disque, c’est pourquoi les producteurs ont cessé leurs activités de production, parce qu’après avoir dépensé une forte somme d’argent pour sortir un album, ils ne peuvent pas amortir leurs dépenses. Nous demandons l’implication du ministre de la culture », s’est plein Ansoumane Camara, président de l’UNAMGUI.

Selon le ministre de la culture, le piratage est un crime qui fait perdre des milliards à l’Etat et appauvrie à petit feu les artistes créateurs : « L’Etat perd également, par ce que les pirates ne payent ni taxes, ni dividendes au créateur. Des personnes assises à madina ou ailleurs se lèvent un matin avec dix à vingt millions, et achètent des machines performantes pour dupliquer les œuvres que les artistes passent un temps fou à réaliser » Martèle Ahmed Tidjani Cissé

Pour l’heure, attendons de voir si cette bataille contre la piraterie envisagée par le ministre de la culture et du patrimoine historique ne sera pas vaine. Le temps nous édifiera.

Mariama Baillo Ly/ Sow Oumar

+224-666-86-64-19




Publié le 12/3/2014


A LIRE AUSSI...

Football : la 6e édition du championnat préfectoral lancé par CECIC

Foot – Coupe du Monde Russie 2018: l’Afrique peut-elle créer l’exploit ?

CNOSG: un congrès tenu sous une forte tension

Mamadouba Paye Camara un candidat ambitieux

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE