CHERIE FM GUINEE TATVMAG AFRICATODAY FEMME DE GUINEE FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
dimanche 31 août 2014             12h12
ACTUS EN IMAGES

Hollande refuse toute coopération avec Assad

Trois hommes tués dans un hôtel de

L'UE appelle la Russie à respecter
Voir les archives
PEOPLE EN IMAGES

Brad Pitt et Ange­lina Jolie se sont mariés

Beyoncé et Jay Z: les accu­sa­tions du père

Char­lotte Gains­bourg revient à la chan­son

Justin Bieber s’in­surge contre les papa­raz­zis

Omar Sy, son grand retour dans Samba

Julia Roberts, Robin Wright… Le tapis rouge des Emmy Awards 2014  
Voir les archives
INTERVIEWS D'ICI ET D'AILLEURS

Blaise Compaoré: «Je veux que le peuple soit libre»

Vol d’Air Algérie: ce que l’on sait

Sérey Dié sort de sa réserve: «Je v
Voir les archives
SONDAGES
idykaba@gmail.com

ESPACE COMMUNIQUES

Union Nationale des Artistes et Musiciens de Guinée(UNAMGUI),

2ème Cérémonie de remise de la Bourse d'Excellence du Club Efficience

Les 72 heures du livre au salon du livre de Paris « Les Mots au service de la Paix »

Bonne fête à toutes les radios de Guinée.

54eme anniversaire de la République de Guinée: Areeba félicite le peuple de Guinée

Voir les archives
Articles les plus lus

Hommage à M’balia Camara

Boffa 2012 : les fidèles chrétiens rentrent ce jeudi dans la ville

Assainissement : les consortiums se mêlent

AS Kaloum : Le train du renouveau est en marche

Diplomatie : Alpha Condé nomme un Ambassadeur à Paris...

Kaloum : la ville morte ignorée

Santé : le cancer du sein, une maladie qui gagne du terrain en Guinée

Labé: les obsèques du patriarche déroulés sous une forte émotion.

Construction: de nouveaux équipements roulants pour Guicopres

CBG Kamsar et Sangarédi : débrayage à compter du 23 mai prochain

OFFRES D'EMPLOI

Consulter les annonces d'emploi en Guinée

Déposer votre CV
en ligne

TAMTAM TV

Video 3

Video 2

Video 1
Voir les archives
" La seule solution tient dans le recours à la lutte armée" a dit Bah Oury de l'UFDG

INTERVIEWS D'ICI ET D'AILLEURS  >   POLITIQUE  >  

Sans qu'aucun élément à charge n'ait été produit, Bah Oury, considéré comme un "dur" de l'UFDG en comparaison avec le chef du parti, Cellou Dalein Diallo, plus consensuel, a été accusé par le chef de l'Etat, mi-septembre, d'avoir inspiré ce coup de force, aux côtés d'un homme d'affaire peul, El Hadj Sada Kadji, et de Tibou Camara, ancien secrétaire général de la présidence au temps de la transition militaire du général Sékouba Konaté (2009-2010).

UNE GOUVERNANCE "AUTORITAIRE ET ETHNIQUE"

Alpha Condé a également accusé, sans plus de preuves, le Sénégal et la Gambie de complicité. "Depuis plusieurs semaines des rumeurs couraient la ville selon lesquelles j'allais être impliqué dans un coup d'Etat", rappelle Bah Oury, qui dément formellement les accusations portées à son encontre. Le lendemain de l'attaque, aux premières heures du jour, des civils armés se rendaient à la résidence du dirigeant de l'UFDG, qui, averti, avait déjà pris le large vers le Sénégal, tout d'abord, puis la France où réside une partie de sa famille.

"Ce pseudo-attentat a permis à Alpha [Condé] de neutraliser des officiers qui auraient pu être récalcitrants", analyse-t-il. Une quarantaine de personnes, civils ou militaires, parmi lesquels plusieurs généraux proches de Sékouba Konaté, ont ainsi été arrêtés mais "jusqu'à présent, les tribunaux n'ont pas pu confondre les prévenus", s'étonne Bah Oury.

A ses yeux, cet événement est caractéristique de la façon de gouverner - sur un mode "autoritaire et ethnique, au profit de sa communauté, les Malinké" - du président Condé (72 ans le 4 mars), ancien opposant à tous les régimes dictatoriaux ou juntes militaires qui, jusqu'à son élection en 2010, ont accaparé le pouvoir depuis l'indépendance de l'ancienne colonie française, en 1958.

LES RISQUES DE "SOMBRER DANS LA VIOLENCE"

Bah Oury note, ainsi, le peu d'empressement du président Condé à organiser des législatives qu'il avait promis de convoquer dans les six mois suivant son élection. "Aujourd'hui, une élection libre et transparente est impossible", affirme Bah Oury. En appui de sa démonstration, il dénonce l'intimidation d'opposants, le limogeage de conseils communaux (chevilles ouvrières pour l'organisation des législatives) changés au profit d'hommes fidèles au président, une commission électorale inféodée, des fichiers électoraux initialement conçus par la société française Sagem et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) mais revus "sur la demande du président par la société sud-africaine Wymark".

En 2011, Alpha Condé avait bâti sa victoire à la présidentielle en titillant dangereusement, durant la campagne, les sentiments et stéréotypes anti-peuls existants en Guinée dans les autres communautés (Malinké, Soussou, Guerzé…). Selon Bah Oury, l'alternative est que "la Cédéao [organisation régionale d'Afrique de l'Ouest] ou les Nations unies organisent le scrutin législatif ". "Sinon, prévient-il, le pays risque de sombrer dans la violence et les luttes interethniques qui déstabiliseront toute la sous-région". "Les Guinéens ont tout essayé ces dernières années : mobilisation sociales massives, élections, manifestations pacifiques. En vain. Certains pourraient maintenant être tentés de croire que la seule solution tient dans le recours à la lutte armée".

In lemonde.fr


Publié le 0/0/0


A LIRE AUSSI...

Blaise Compaoré: «Je veux que le peuple soit libre»

Vol d’Air Algérie: ce que l’on sait du crash

Sérey Dié sort de sa réserve: «Je vais toujours pleurer ... »

Robert Bourgi espère que «Gbagbo ne restera pas longtemps à La Haye»

IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE