CHERIE FM GUINEE TATVMAG AFRICATODAY FEMME DE GUINEE FONDATION CHANTAL COLLE GROUPE ALO
Découvrez votre nouveau site d'information sur l'Afrique www.Africatoday.euArchives
samedi 23 septembre 2017             15h00
AFRICA TODAY TV

LE 20H


TODAY AFRICA TV LE 20H DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 21SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 14 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LE 20H DU 11 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

LA TRIBUNE DE L'ACTU


TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 20 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 19 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 13 SEPTEMBRE 2017
TODAY AFRICA TV LA TRIBUNE DU 18 SEPTEMBRE 2017
Voir les archives

DROIT DE COMPRENDRE

Voir les archives
Voir toutes les videos
Burundi: colère et mobilisation des étudiants après la suppression des bourses

ESPACE AFRIQUE  >  

Jusqu'ici au Burundi, tous les étudiants burundais avaient toujours bénéficié d'une bourse d'études, attribuée sans conditions. Le budget qui finançait ces bourses a explosé en raison de la forte hausse du nombre d'étudiants ces dernières années alors que le Burundi, qui traverse une grave crise politique depuis près deux ans, fait face à de graves difficultés financières. Le président burundais a donc signé début février un décret qui transforme cette bourse en un prêt que chaque étudiant s'engage à rembourser une fois ses études terminées et qui en plus, durcit les conditions de son octroi. Les étudiants des universités publiques s'y opposent farouchement et ont décidé d'engager un bras-de-fer en vue d'obtenir son abrogation.

Premiers à engager le bras-de-fer, les 3.000 étudiants de l'Ecole normale supérieure du Burundi qui ont lancé une grève illimité depuis vendredi matin. Les plus de 11.000 étudiants de l'Université du Burundi eux se préparent à entrer dans la danse. Cent soixante-dix de leurs délégués ont lancé le même jour un ultimatum au président Pierre Nkurunziza dans une lettre qu'ils ont rendu publique. Ils lui donnent jusqu'au 4 avril pour abroger son décret sinon, menacent-ils, les étudiants vont « suspendre toute participation aux activités académiques ».

Cette annonce a fait l'effet d'une bombe au Burundi car depuis le début de la grave crise politique que traverse ce pays et le recours à une sanglante répression pour mettre fin à toute opposition au régime en place, les gens ont peur. Le gouvernement ne tolère plus les grèves et n'hésite pas à emprisonner les syndicalistes.

Un représentant général des étudiants nommé par le pouvoir s'est dit surpris de voir des étudiants oser lancer un ultimatum au chef de l'Etat. Le recteur de l'Université est outré pour la même raison, et il a mis en garde les délégués des étudiants sur les « conséquences » de leur lettre.
RFI.fr

Publié le 27/3/2017


A LIRE AUSSI...

Biennale des photographes du monde arabe: l’Algérie et la Tunisie à l’honneur

Sierra Leone: une semaine après la catastrophe, des rescapés dans l'angoisse



IMPRIMER ENVOYER A UN AMIREAGISSEZ A CET ARTICLE
VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE CATEGORIE